« La servante écarlate », Margaret Atwood

❝ Notre fonction est la reproduction : nous ne sommes pas des concubines, des geishas ni des courtisanes. Au contraire : tout a été fait pour nous éliminer de ces catégories. Rien en nous ne doit séduire, aucune latitude n’est autorisée pour que fleurissent des désirs secrets, nulle faveur particulière ne doit être extorquée par des cajoleries, ni de part ni d’autre ; l’amour ne doit trouver aucune prise. Nous sommes des utérus à deux pattes, un point c’est tout : vases sacrés, calices ambulants. ❞ 

Bonjour à tous ! ✩

Pour mon premier article, je viens vous donner mon avis sur la dystopie « La Servante écarlate », best-seller mondial de Margaret Atwood dont vous avez peut-être entendu parler. 

★Ici nous suivons l’histoire de Defred, servante écarlate parmi d’autres, au sein de la république de Gilead, fondée par des fanatiques religieux devant la chute drastique de la fécondité. Les quelques femmes encore fertiles (servantes écarlates) sont réduites au rang d’esclaves sexuelles au service du Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, Defred songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tenter de recouvrer sa liberté…

Je voulais le lire depuis longtemps, étant intriguée par la série « The handmaid’s tale ». 

Bon alors déjà, autant le dire tout de suite, j’ai trouvé le synopsis plus badass que le livre en lui-même. En effet, j’ai trouvé cette œuvre looooooongue ! Des descriptions en veux-tu en voilà, des lenteurs, des répétitions, bref je suis déçue et j’ai eu du mal à finir. C’était ma première dystopie, je pensais commencer fort…  et pourtant !

Évidemment, il n’y a pas que du « mauvais » !

Ce livre nous pousse à la réflexion : Sommes-nous si loin de cette dictature ? Est-ce qu’il n’y a que des mauvaises choses au sein de Gilead ? Est-ce si choquant, différent de nos méthodes, que ce soit en France ou à l’étranger ? Que ferions-nous à leur place ? Allons-nous tout droit vers ça ? 

Bref on ne peut pas manquer de comparer la république de Gilead avec notre vie, celle des autres…

On nous parle de pêche intensive, déforestation, surconsommation, ce qui n’est pas sans faire penser au 21ème siècle n’est-ce pas ?! 

Ce qui est aussi inquiétant c’est qu’à la fin du livre, Margaret Atwood explique qu’elle a souhaitée ne RIEN inventer pour ne pas passer pour une folle. Elle a simplement puisé dans les cultures, coutumes du présent, du passé et dans plusieurs religions. Il a de quoi trembler surtout quand le personnage principal nous décrit les cérémonies glauques et malsaines (accouchements, lapidations) !

C’est un livre qui nous pousse à la réflexion malgré tout et que tout le monde devrait lire histoire de prendre conscience de certaines choses…

Sinon, je vais regarder la série et je lirais « Les Testaments », suite prévue pour Septembre 2019 qui se déroulera 15 ans après l’histoire de Defred.

PS : J’ai aussi «lu » « l’Apocalypse verset par verset » de John H. Alexander en même temps parce que…pourquoi pas ? Il faut s’intéresser à tout et je trouve que c’était de circonstances. Ce livre est simple, facile d’accès et il n’est pas nécessaire de lires tous les chapitres à la suite, c’est comme vous le sentez. 

❝ Béni soit le fruit. ❞


Merci d’avoir lu cet article et n’hésitez pas à réagir, à bientôt ! ✩

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s